Le quartier d'ANGERED

1 - Développement en banlieue dense isolée

Les activités d'Angered

Le quartier d'Angered présente deux grandes zones qui se différencient : l'est en tant que développement récent de banlieue et l'ouest, qui conserve son caractère rural et agricole. Ce bref portrait nous permettra de bien asseoir le projet dans son milieu. 

 

1 - Développement en banlieue dense isolée​

La partie ouest est caractérisée par des développements en regroupements de barres de logements (5 - 10 étages). Ces espaces reprennent beaucoup de caractéristiques du courant moderniste. On pense entre autres à la ségrégation des fonctions, au développement axé sur l'automobile, les grands bâtiments monumentaux et isolés sur une trame verte. De ce fait,  les activités que l'on y retrouve sont peu diversifiées lorsque les poches de développements sont principalement composées d'activités résidentielles. Ces espaces font partie de la première vague d'urbanisation massive d'après-guerre (voir morphogenèse). 

2 - Développement de type TOD périphérique

La vague d'urbanisation suivante (1974 - 2015) s'implante plus au centre, avec des gabarits moins prononcés, plus variés, et surtout une bonne mixité d'activités à l'échelle du quartier (commerces, école, équipements sportifs, industries). On trouve cependant peu de mixité à l'échelle du bâtiment ou de l'îlot, pour la plupart monofonctionnel, hormis la gare de tramway qui accueille aussi une galerie commerciale. On notera la présence du Tram au coeur du quartier, qui est non sans rappeler la logique d'un TOD périphérique, soit l'articulation autour d'une infrastructure de transport collectif structurant. 

3 - Une plaine agricole encore préservée, mais menacée

Les fonctions agricoles du quartier sont en déclin depuis les années 1960 notamment, et ce, au profit de l'urbanisation. On trouve cependant  dans la partie est du quartier une portion plus marquée par les activités agricoles. D'après les cartes historiques, on trouve majoritairement des pâturages, orientant donc l'activité agricole sur l'élevage. (The Geographical Survey Office, 1962)

 

4 - Hameaux et développements d'unifamiliales éparses

À travers ces développements, on trouve aussi quelques hameaux principalement résidentiels, qui étaient jadis  des fermes : Gunnilse, Rosered et Linnarhult. Rosered semble un peu plus marqué comme centre, puisqu'il possède une église, bien que récemment construite. 

Gunnilse pour sa part correspond plus à un ensemble de fermes éparses le long des chemins agricoles. Certaines maisons unifamiliales viennent s'implanter le long des voies également. La poursuite de ce type de développement présente quelques risques. En effet, les habitations sont dépendantes de l'automobile, et l'urbanisation se fait au détriment des terres agricoles. Cette vision du développement ne traduit pas un désir d'urbanité, de vie collective et d'accès à des services de proximité. 

1 - Développement en banlieue dense isolée

2 - Développement Type TOD périphérique

3 - Une plaine agricole encore préservée

4 - hameaux et développements éparses

 

4

3

2

1

 

La mobilité à Angered

Les deux cartes précédentes appuient l'affirmation voulant qu'une partie du quartier d'Angered (là ou se trouve le projet du Lärjeåns Kafé) fonctionne comme un Transit Oriented Development, TOD périphérique. On peut se rendre en tramway au centre-ville de Göteborg, ou dans les autres quartiers grâce aux lignes de bus. ​​Trois de ces lignes sont articulées par le tramway. 

La partie plus rurale (est) d'Angered, ainsi que le nord-ouest du quartier sont moins bien desservies en transport, les rendant plus dépendantes au transport automobile. Cependant, le quartier bénéficie d'un important réseau cyclable et piéton, qui permet d'aller des espaces résidentiels vers les services, et vers le pôle desservi par le tramway. 

La topographie est très marquée dans l'ensemble du quartier, étant un élément clé expliquant le développement de celui-ci. En général, les fortes pentes sont évitées dans les projets de développement, autant pour la construction que pour l'agriculture. La plupart des grandes infrastructures et industries prennent place en fond de vallée, tout comme les espaces résidentiels  majoritairement en fond de vallée ou sur les plateaux éparses qu'offre le relief.

 

En développant de cette façon, on accentue donc les risques d'opposition entre conservation du patrimoine agricole et de l'enjeu du développement puisque les deux se développent aux mêmes endroits (fond de vallée).  Ce phénomène constitue une menace pour la préservation de ces lieux uniques. Selon la carte qui expose l'évolution du quartier, on distingue  deux plaines de pâturages qui sont menacées par le développement s'il continue de cette manière.

Une topographie marquée et structurante

MorphoGen_1962_1_12_000-02
MorphoGen_1974_1_12_000-02
MorphoGen_2015_final_1_12_000-02

Morphogénèse d'Angered

1962 : Ruralité

L'espace qui accueille aujourd'hui le projet du Lärjeåns Kafé et son quartier était encore une campagne, faite de prairies, de fermes isolées le long des voies mères ou regroupées en hameaux aux croisements des parcours fondateurs.

L'espace de production prenait la majorité des espaces définis par des reliefs plats, le reste étant boisé. 

1974 : La vague de banlieue du "million program"

Pour faire face à l'accroissement de la demande en logements,  en plus de l'augmentation des standards dû à la richesse croissante de la population, le gouvernement suédois a fait  construire 1 million de logements en 10 ans, entre 1960 et 1974 que l'on surnomma le "Million program". En plein dans l'époque moderniste, les reproches concernant la qualité de vie qu'offrent ces grandes barres d'immeubles apparaitront rapidement. Tensions sociales et vandalisme vont surgir peu de temps après la venue de populations moins nanties dans ces banlieues modernes. Aujourd'hui, cette urbanisation massive à fini par créer un excédent de logements, qui représente beaucoup de ressources économiques territoriales perdues. (Hall, T., & Vidén, S. 2005). 

Dans le cas d'Angered, le tramway a fait son apparition beaucoup plus tardivement, puisque l'on misait sur l'automobile pour effectuer les déplacements. Malheureusement, cette urbanisation s'est parfois faite  au détriment des pâturages. Une partie des terres agricoles au sud et au nord-est se sont vues déclassées pour la construction d'un îlot géant. De plus, les activités agricoles dans Rosered ont cessées au courant de cette décennie. Dans d'autres cas, comme au nord-est, on développa au sommet d'un relief, au détriment de la forêt.​

2015 : La banlieue sur les pâturages

On observe encore des changements dans les tracés de voies pour implanter les infrastructures de services (tramway, école, stade etc...), parmi lesquels les espaces d'habitation du nouveau quartier où s'est implanté le projet du Lärjeåns Kafé. 

Comme expliqué dans les activités, ce nouveau quartier offre une plus grande diversité d'activités en son centre, mais chacune des "poches" de tissus est souvent monofonctionnelle et isolée des autres. 

Les terres agricoles ont été massivement déclassées pour effectuer ce développement. L'enjeu de la protection des terres est ici très marqué. 

On note que le projet Lärjeåns Kafé se trouve aux confins de ces deux mondes: entre le flanc ouest la banlieue grandissante et à l'est la ruralité qui se maintient. L'opportunité de sensibiliser la population à cet enjeu à travers l'aménagement du projet est ici incontournable.

Google Street view

1 - Développement en banlieue dense isolée

Google Street view

2 - Développement Type TOD périphérique